PROMO sur l’ebook de GAÏA 2

Libre à vous de vous embarquer dans GAÏA 2 dont le livre numérique, l’ebook,  sera téléchargeable GRATUITEMENT :

le samedi 1er juin sur Amazon.

Je vous redonne l’adresse. Avant le samedi 1er juin le prix reste affiché- évidemment !

 

http://www.amazon.fr/GA%C3%8FA-2-ebook/dp/B00C75ODPO/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1365325525&sr=1-2&keywords=Ga%C3%AFa+2

Bonne lecture à tous. Et … soyez sympas, laisser un commentaire, un retour de lecture. C’est si important pour l’auteure !!

Publié dans : Non classé | le 29 mai, 2013 |Pas de Commentaires »

GAÏA 2 mon livre de science-fiction

Chers lecteurs, je viens d’éditer mon dernier livre, GAÏA 2

un livre de science-fiction.

     Vous le trouverez, comme tous les autres, sur le site :             

 GAÏA 2  mon livre de science-fiction vignette-couvgaia21www.thebookedition.com

    Avant de vous donner un extrait de ce livre, voici la page de       mon livre chez thebookedition:

 http://www.thebookedition.com/mycha-gaia-2-p-92534.html

   Il est aussi possible de se le procurer en ebook sur Amazon, voici le lien :

http://www.amazon.fr/GA%C3%8FA-2-ebook/dp/B00C75ODPO/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1365325525&sr=1-2&keywords=Ga%C3%AFa+2

           Voici, exceptionnellement pour vous,  un extrait de Gaïa 2

Elle se pressait afin de ne pas arriver en retard. Elle avait horreur de cela. Beaucoup de monde se rendait au Projector.  Elle craignait de ne pas distinguer tout de suite son ami dans la foule.

Elle força son allure sur le boulevard du Petit Bonheur où s’exhalait un parfum de vanille et soudain, elle heurta de plein fouet, et assez violement, un grand gaïen galonné qui grimaça en titubant. Celui-ci se redressa très vite, repoussant d’un geste vif Gaëlle qui, sinon, allait l’entraîner dans sa chute.

On entendit un bref sifflement. Au même instant Gaëlle sentit que son pied venait de heurter une barre fixée au sol.

« Vous ne pouvez pas faire attention ! cria le gaïen, hors de lui. À cause de vous j’ai failli tomber. Mais qu’avez-vous ?

Soudain, il regarda la jeune fille devenue toute pâle qui frottait sa cheville.

-   Vous vous êtes foulé une cheville, demoiselle. Il vous faut rejoindre l’infirmerie.

Sans l’écouter il tapota sur son bracelet. Puis il se pencha sur Gaëlle :

- Ne vous en faîtes pas, jeune fille. Un infirmier va venir bientôt vous chercher et vous soigner pour le mieux.»

Sa voix s’était radoucie. Il lui parut très beau, une mèche blonde balayait le bleu glacier de ses yeux. Gaëlle essaya de voir ses initiales. Elle crut lire BY001. Non, ce n’était pas possible !  Elle devait mal lire. Cette cheville lui faisant horriblement mal devait lui brouiller un peu l’esprit. Tout était allé si vite.

Elle tenta de se soulever un peu mais, à son grand étonnement, elle ressentit une vague de chaleur l’envahir brusquement alors que ses membres ne répondaient plus. Elle ne put faire le moindre mouvement.

« Je… je ne peux plus faire un geste ! s’écria-t-elle, affolée.

- C’est normal, petite demoiselle, je vous ai « bridée ». Vous êtes totalement hors d’état de nuire maintenant ! »

Un attroupement commençait à se former autour d’eux. Elle entendait jaser sans bien distinguer les paroles. Des visages se penchaient, tour à tour souriants ou méfiants.

Elle entendit très bien :

         « Écartez-vous, s’il vous plait. Il n’y a rien à voir ! »

L’esprit de Gaëlle fonctionnait très bien mais « on » avait rompu sa transmission neuromusculaire.

Qu’est-ce que cela signifie ? se demandait-elle.

Elle n’eut pas le temps de s’interroger davantage que deux  jeunes gaillards, l’entourèrent, la placèrent sur une civière et l’emmenèrent hors de vue du petit attroupement qui s’était vite formé.

Elle ne sentit plus le parfum de vanille mais celui d’une infirmerie où flottait une odeur inquiétante. Cela lui rappela son enfance, lorsqu’à l’école elle devait aller se faire soigner à l’infirmerie. Même blancheur de la pièce. Mais cette fois elle avait été immédiatement radiographiée, sa cheville soignée et remise en état. Cinq minutes après elle ne ressentait déjà plus aucune douleur. Elle avait aussi, comme par miracle, recouvré l’usage de tous ses membres.

Cependant, il lui fut demandé de rester quelques heures à l’infirmerie. Elle refusa sur le champ, insistant pour aller dans sa cabine se reposer. Un de ses infirmiers lui fit un large sourire mais, catégorique, lui expliqua qu’elle devait rester au moins cette nuit avant de prétendre reprendre sa liberté.

Gaëlle rongeait son frein. Pourtant elle savait que c’était la règle : rester en observation dès le moindre malaise.

Sur Gaïa 2, on ne s’appartenait pas complètement… Elle le savait pourtant !

Qu’allait penser Karl de son absence ? Elle n’avait pas encore eu le temps de le joindre par télétransmission. Elle regarda son bracelet juste quand celui-ci se mit à briller. Elle vit alors l’image de Karl à côté d’elle, grandeur nature, et l’entendit distinctement :

« Eh bien, Gaëlle, on s’en prend au Commandant suprême, maintenant ? Tu aurais pu choisir un autre moment, hors de la foule.

Karl attendait sa réponse.

Gaëlle bafouilla en reprenant l’histoire de sa chute.

-                     Que … que dis-tu, Karl ? Le Co… le Commandant Suprême ?    C’est donc vrai ?

- Eh oui ! D’ailleurs, mine de rien, il a diligenté une petite enquête à ton sujet.

- Quoi ?

- Eh bien, vois-tu, tu aurais pu lui faire très mal. Si tu l’avais souhaité, bien entendu.

Karl avait prononcé ces derniers mots avec un sérieux inhabituel chez lui. Gaëlle n’arrivait pas à le croire.

- Bien sûr ta cheville a été soigneusement observée, mais … pas qu’elle !

- Comment cela ?

- Eh bien, tu as été examinée, en même temps au niveau psychologique. C’est rapide, indolore et … efficace à quatre vingt dix neuf pour cent !

- Voilà autre chose ! Je n’aime pas du tout ces manières !

- Crois-tu sérieusement que nous puissions prendre le moindre risque ici ? C’est la procédure ordinaire, ma chère. Personne ne peut y déroger. Il y va de la survie de tous.

- Jamais on ne m’a prévenue de ces méthodes.

- Normal. Rien ne vaut la surprise en matière de défense.

- De défense ?…

- Oui. Tu as atteint physiquement le membre le plus important de notre vaisseau, Boris Alexandrovitch Youganov !

- Mais voyons, Karl, tu n’es pas sérieux ! J’ai juste trébuché.

- Sur quoi ?

- Je l’ai déjà dit : sur mon écharpe que je tenais à la main.

- Pourtant, en sortant de ta cabine, tu avais noué ton écharpe autour de ton cou !

- Ah !… Mais es-tu devenu fou ?

- Je t’en prie. Modère tes propos. Moi aussi j’ai été interrogé…

- Toi aussi ?… Oui, j’avais tout d’abord noué mon écharpe, puis,   me pressant pour arriver à l’heure, j’ai eu chaud sur le boulevard du Petit Bonheur, l’ai défaite et l’ai prise à la main. Plus tard, en courant, mon pied s’est pris dedans et cela m’a fait tomber sur…cette personne.

-  Cette personne ?  Il semble  que tu ne réalises pas bien de qui il s’agit.

- Ah ! J’en ai assez, Karl ! »

Gaëlle, excédée et en colère, coupa court à leur entretien d’un clic rageur sur son bracelet. L’image disparut dans l’instant ainsi que le son.

Elle s’allongea sur le petit lit de repos. Elle réclama quelque chose pour dormir. Un infirmier lui apporta aussitôt un verre d’eau et un comprimé de « super-relax ».  Gaëlle voulait dormir pour ne plus penser à cet incident qui l’avait bouleversée plus qu’elle ne l’aurait cru. Elle s’endormit rapidement et eut un sommeil profond et agréable.

Publié dans : Non classé | le 4 avril, 2013 |3 Commentaires »

J’ai lu le tome 1 de L’ombre et la lumière d’Isabelle Aubert

Je l’ai rencontrée dans l’après-midi du dimanche 18 mars 2012 au Salon du livre de Paris au stand de TheBookEdition.

Il était près de 14h. Elle allait partir et moi, j’allais prendre sa place pour un petit créneau dédicaces de deux heures. Je l’avais déjà remarquée sur le site, sur le forum. Maintenant je la voyais en chair et en os : sympa ! Une longue jeune femme aux blonds cheveux raides encadrant un visage souriant et bien sympathique.Contente d’avoir fait ta connaissance, Isabelle !

Malgré l’effervescence de mon installation je voulais échanger un peu avec ma « sœurette de plume ». En extase devant les couvertures très « pro » d’un de ses livres, je fus attirée par « L’ombre et la lumière ». En effet, on peut y voir se mouvoir dans une sombre atmosphère intergalactique une navette spatiale bien intrigante ! Je décidai aussitôt de lui acheter son tome 1 (le tome 2 étant à venir) : « Les guerriers de l’ombre ». Et … j’ai bien fait !!

Juste débarquée de ce « voyage intersidéral » haut en couleurs et suspens garanti, je viens vous donner mes impressions. Isabelle Aubert dispose d’une belle imagination doublée d’une documentation sans faille sur tous les termes militaires et guerriers ! Où a-t-elle été chercher tout ça ? Sauf à être elle-même une gradée de l’armée de l’air,  elle a dû s’astreindre à se documenter sérieusement sur ces sujets. Sans doute suis-je facile à emporter, n’y connaissant rien en matière de stratégie de défense et de véhicules type frégates, corvettes, croiseurs… etc. Quand même ! L’effet est là, le suspens au rendez-vous, et … l’on tourne fiévreusement les pages pour savoir … la suite ! Rien que cela, est synonyme de réussite.

Elle a donc gagné son pari de nous captiver, de nous emmener, nous aussi, dans sa navette spatiale pour nous montrer … eh bien ! à vous de lire et .. vous saurez !!

J'ai lu le tome 1 de L'ombre et la lumière d'Isabelle Aubert couv-products-65424

l-ombre-et-la-lumiere-tome-1-de-isabelle-aubert-p-65424.html

 

Publié dans : Non classé | le 22 mars, 2012 |Pas de Commentaires »

Mycha au Salon du Livre 2012 à Paris

De retour du Salon du Livre de Paris où j’avais un petit créneau dédicaces de deux heures, de 14h à 16h, ce dimanche 18 mars 2012 au stand de TheBookEdition.

Dès mon arrivée sur le stand je fis la connaissance d’Isabelle Aubert, auteure très sympathique de chez TBE ayant publié « Par amour » et de « L’ombre et la lumière », tome 1 « Les guerriers de l’ombre », livre que je m’empressai de me procurer.

Je ne voulais plus m’en aller lorsque Caroline a commencé à retirer les affiches des participants pour lesquels se terminait la participation à ce Salon ! En effet on y prendrait vite goût à cette immersion parmi le public varié et souvent bien sympathique. Une exception mise à part : un sot infatué de lui-même et se croyant autorisé à critiquer la moindre virgule ou vers ne lui convenant pas et  qui, pour me montrer ce qu’était de  » la vraie poésie » se mit à me réciter un de ses poèmes ! Ma patience commença à s’user et je réussis à me débarrasser de l’énergumène pour être disponible avec les autres passants s’arrêtant devant mes livres.

Je me souviens avec plaisir de l’intervention de plusieurs dames fort sympathiques. En parlant de mes livres avec l’une d’elles je m’aperçus qu’elle avait un badge France Info ( me semble-t-il). C’est peut-être pour cela qu’elle parut s’intéresser à la description que je faisais rapidement sur l’histoire de mes livres.  Je lui ai vite griffonné mon nom d’auteur sur une publicité de TheBookEdition alors qu’elle s’en allait pour un rendez-vous qui l’attendait. Elle m’assura qu’elle reviendrait. Je l’a prévins que je devais partir à 16h. Je ne la revis pas. Dommage !

Il y eut aussi cette dame qui prit le temps de regarder mes livres et m’acheta « Le pote de Bill et Mina » que je dédicaçais pour sa petite fille. J’espère qu’elle passera un bon moment à sa lecture.

Il y eut une personne travaillant pour une bibliothèque et qui photographia la couverture de mon dernier livre pour enfants « Le vieil arbre »… J’aimerais bien avoir une suite positive…

Il y eut aussi ce grand gaillard à chemise à carreaux venant de Fourmies- ville située dans le sud-est du département du Nord, à proximité de la Belgique, et qui voulait tout savoir sur TheBookEdition pour réaliser un livre. Il semblait enthousiaste, disant qu’il faisait partie d’une bande d’amis- enfin, surtout des copines, et qu’ils avaient un projet d’histoire où il était question de la disparition d’une émeraude. Je n’ai pas tout compris. Je finis par lui laisser mes coordonnées email.

Enfin j’ai le souvenir de cette grande dame- au sens propre et sûrement aussi au sens figuré- qui se disait d’une famille dans la Littérature depuis longtemps, et qui, tout en regardant mes livres, discuta fort agréablement, reconnaissant combien elle aimait lire de bons livres qui la faisait réfléchir, penser, travailler son esprit. Une femme intelligente ne s’en laissant pas conter par la médiocrité. Une « résistante » à la facilité ambiante en quelque sorte. Merci pour la rencontre.

Voilà ce que je retiens au niveau des rencontres. Même si la gloire n’était pas encore au rendez-vous, de bien bons souvenirs !

Mais je ne dois pas oublier Annick qui eut la gentillesse de m’accompagner durant mon déplacement pour ce Salon. Elle me soutenait vraiment, n’hésitant pas à défendre mes livres ! Merci, Annick.

Bien sûr l’équipe de TBE, à savoir François (celui qui n’hésite jamais à vous dépanner lors de la création de vos livres !) et Caroline (la responsable marketing) étaient avec nous et je sentais leur bonne humeur et leur gentillesse (Caroline m’offrit un bon petit café) qui faisait du bien ! Merci à eux.

 

 

Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2012 |Pas de Commentaires »

Page de tous mes livres sur thebookedition.com

C’est là et avec un seul clic vous pourrez accéder à toutes mes publications qui sont sur le site thebookedition.com :

livres-mycha-auteur-5715.html

Vous pourrez y lire des extraits de chaque livre. De temps en temps je changerai ces extraits (d’une dizaine de pages).

Bonne lecture !

Publié dans : Non classé | le 7 janvier, 2012 |Pas de Commentaires »

Dessin(s) d’humeur

insuffisant.jpginsuffisant.jpg

Publié dans : Non classé | le 7 janvier, 2012 |Pas de Commentaires »

Le vieil arbre

Page du site où trouver mon dernier livre pour enfants :

Le vieil arbre

Le vieil arbre LEADANSARBREr%C3%A9duit1-253x300

 

le-vieil-arbre-de-mycha-p-71331.html

 

 

 

 

 

Publié dans : Non classé | le 7 janvier, 2012 |2 Commentaires »

Renaître

Oui, cela fait trop de temps pendant lequel s’est installé le silence. Non, je ne peux promettre de ne pas recommencer. Si, j’ai besoin de vous. Alors ? me demandez-vous, pourquoi ces affreux blancs ?

Parce que. Parce que je ne peux venir vous parler que poussée par le sentiment de la nécessité absolue. Ce petit blog, à peine arrivé au monde, plutôt mal fichu (qui donc va m’initier aux subtilités d’une belle mise en page ??), ce petit blog s’est vite éteint. Alors aujourd’hui j’ai senti qu’il fallait y revenir, et y dire l’essentiel, mon essentiel actuel. Je viens d’y insérer un lien pour aller sur un site russophile géré par des gens merveilleux, des jeunes russes dynamiques et emplies de poésie :

www.russiesetonnantes.fr

Il y a entre autres, Elmira, la ravissante, qui enseigne aussi le russe à l’université permanente aux anciens chantiers de l’Atlantique. Elle a instauré aussi un café russe, le café Boubliki où peuvent se retrouver des russes et des français désirant échanger entre eux en toute convivialité, en russe, si possible !…

Mes nouveautés littéraires :

Je mets mes livres pour enfants en conformité avec la législation. C’est-à-dire que je les envoie- petit à petit- car cela revient assez cher, à la Commission de contrôle du Ministère de la Justice, à la BNF (Bibliothèque Nationale de Paris), au Procureur de la République et au Préfet de la ville de l’imprimeur, dans mon cas : Lille.

Cela est fait pour « Dur, dur, d’être Père Noël ! »et « Mulou veut voir la ville ! ». Ce mois-ci je fais le nécessaire pour : « Le pote de Bill et Mina ». Restent encore à régulariser, le conte : « Bill et Mina un soir de Noël » ainsi que « C’est comment le Paradis ? » .  Tout sera ok en juillet.

Mes livres pour adulte visibles sur www.thebookedition.com  :

« Un amour de Spam »

« Pas possible, dîtes-vous ? »

« Un jour, maintenant »

« Balades en Guadeloupe »

« Ania, la petite âme »
À suivre donc ! À bientôt !

Publié dans : Non classé | le 1 mai, 2011 |3 Commentaires »

Bientôt un petit livre conte sur le Paradis

voltourterelle.jpgnidtourterelle2.jpgmaximeparadis.jpg

facherie.jpg

 

 

 

Ci-dessus le petit Maxime s’interroge sur le Paradis. Sa mamie tente de lui conter comment elle le voit. L’enfant se pose des questions. C’est bien compliqué : On est mort ou on n’est pas mort, alors ?

Et puis après avoir entendu le récit de sa mamie il remarque que, au début de la Création, s’était peut-être un Paradis que nous avions ! Et si nous essayions d’y revenir ?

 

C’EST COMMENT LE PARADIS ?

 

Publié dans : LITTERATURE | le 12 septembre, 2009 |2 Commentaires »

J’AI LU « LE MIROIR AUX ALOUETTES » d’Edmonde Vergnes-Permingeat

En réalité je l’ai re-lu, l’ayant lu ou plutôt dévoré une première fois il y a déjà plusieurs mois.

Bien sûr ce fut avec délectation : langue à la fois délibérément crue du parler le plus « ras-des-pâquerettes » lorsque le dialogue l’exige et du meilleur cru si l’on peut dire, par ailleurs ! L’auteure, cultivée avec bonheur (nombreuses références et clins d’oeil à Alice au pays des merveilles), émaille son texte d’un humour décapant et sait nous emmener avec Alice dans de profondes réflexions sur le comportement humain.

L’histoire, un thriller psychologique, très bien ficelé, nous entraîne justement ……. de l’autre côté du miroir, loin des simagrées, des apparences du bonheur. 

Souvent l’héroîne s’abîme dans son reflet, cherchant à aller plus loin… A la faveur de l’intrigue l’auteure nous dresse un portrait affligeant d’un couple qui pourrait passer pour « parfait », de même qu’Armelle a pu faire penser qu’elle incarnait la joie de vivre : beauté, argent, amour ?…. Et si on allait voir, nous aussi, de l’autre côté du miroir ? Bien des surprises nous y attendent…..

Un livre bien plus que distrayant, troublant, porteur d’une grande réflexion sur nous-mêmes. A lire et …  à re-lire !

Pourtant la meilleure présentation du livre est encore celle qu’a faite l’auteure elle-même et que je vous conseille ardemment de lire sur :

http://www.thebookedition.com/le-miroir-aux-alouettes-de-edmonde-vergnes-permingeat-p-12791.html
J'AI LU

Publié dans : LITTERATURE | le 27 avril, 2009 |Pas de Commentaires »
12

La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume