Archive pour mars, 2009

LU La maison de l’Ombre d’Armelle Carbonel : un thriller génial !

Lu « La maison de l’Ombre » d’Armelle Carbonel : à couper le souffle !

Cette jeune auteure a un talent fou, c’est indéniable. Sans vouloir faire à tout prix dans le dithyrimbique- ce qui est désagréable- il faut tout de même préciser qu’il s’agit d’un thriller extrêmement efficace, car elle, Armelle Carbonel, ne nous laisse jamais le temps de nous détendre, nous sommes constamment plongés dans l’angoisse grâce à ses précieuses descriptions de paysages, de lieux et de personnages. La trouille nous colle sans arrêt aux trousses ! Nous pensons à chaque instant avoir trouvé le vrai coupable, et puis, non, ce n’est pas lui, c’est peut-être celle-la, ou mieux encore, celui-ci !

Bref ! Que de bons moments passés dans la lecture absorbante que nous offre Armelle Carbonel grâce à son réel talent. Merci, Armelle, pour ton travail (car il y en a !) et le résultat est là, à la hauteur de notre attente. Bravo !

A quand le prochain ? 

http://www.thebookedition.com/la-maison-de-l-ombre-de-armelle-carbonel-p-7598.html

 

Publié dans:LITTERATURE |on 23 mars, 2009 |2 Commentaires »

Présence au Salon du Livre 2009 à Paris !

Bien belle expérience que celle d’avoir pu participer à ce

Salon du Livre 2009 à Paris ! sigle2salonlivre.jpg

Merci encore à la jeune et dynamique équipe de THEBOOKEDITION et plus particulièrement à l’adorable Fanny Deloraine- la valeur n’attend pas le nombre des années !- et à David Trinel . Ce fut un vrai plaisir d’être si bien accueillie.Bonne humeur garantie tout au long de la journée.

Excellentes rencontres !

Le matin j’ai pu partager le stand avec Yannick Boutot- jeune brillant historien d’art, auteur de  « Le singulier destin du château de Sallegourde » grâce auquel nous avons eu le plaisir d’avoir parmi nous dans le stand F14 de TBE, qui sera ignoré des médias, la présence de Paul-Loup Sulitzer (excusez du peu !), celui-ci ayant préfacé le livre de Yannick. Merci à lui d’être venu. Bel exemple de désintéressement !

L’après-midi m’a permise d’échanger avec une jeune écrivain(e) pleine de talent Armelle Carbonel auteure (entre autres) d’un thriller magistralement écrit  « La maison de l’ombre ». Une auteure à suivre sans aucun doute.

Joie de voir des gens s’arrêter pour discuter avec nous tous. Beaucoup veulent s’informer sur la procédure de mise en ligne d’un livre sur TBE, mais certains se penchent vraiment sur nos livres et parfois … en achètent.

Emotion des premières dédicaces !

Oh ! que de bons souvenirs ! 

Mycha ;-)

PS : PHOTOS prises par un visiteur

 

salonlivre09.jpg

de gauche à droite : Fanny Deloraine, Mycha et Armelle Carbonel

 

slivre09remy.jpg

de gauche à droite : David Trinel (de dos), Rémi B. (visiteur), Mycha, Armelle Carbonel

Le Salon du Livre de Paris c’est aussi l’occasion , lorsque l’on vient de province, d’aller flâner dans Paris si beau !

parisalonlivre09.jpg

 Mycha subjuguée par la beauté de Paris
 

Publié dans:LITTERATURE |on 22 mars, 2009 |1 Commentaire »

J’ai lu : A quoi ça rime ? de Freddy Chevolleau

A quoi ça rime ? de Freddy Chevolleau

http://www.thebookedition.com/freddy-chevolleau-a-quoi-%EF%BF%BDa-rime-p-15416.html

Bravo, Freddy ! J’espère que tu vas continuer.
Parmi ces poèmes ceux que j’ai vraiment préférés : « Saint je ne sais Qui, Valentin peut-être »,

En voici un extrait :

Saint Je Ne Sais Qui, Valentin peut être.

Saint amour en mon âme égaré,
Perdu l’arrogant dans les trames du dédain
Que tu envoies à ma face balafrée
En un matin où mon coeur se sentait baladin.

Saints boniments en ton âme éplorée,
D’en recevoir à la fin t’es lassée,
De ma vie que faussement j’avais colorée
Pour enfin un jour te voir me délaisser.

Saint coeur brisé ayez pitié
De cet homme en mille morceaux dépecé,
Lui qui se rappelle le trop peu oublié
Amour qu’en vain il avait rapiécé.
…………………………………………….

Et plein d’autres !

« Des mots, des images, des gestes », « Vous », « Décalage horaire », « La barre de fer »… et ces petits poèmes dont chaque première lettre forme un mot : MORT, NANTES, SOLITUDE…

Quelle magie, la poésie quand on trouve le mot qui sonne juste où et quand il faut !

Merci Fred !

Publié dans:LITTERATURE |on 22 mars, 2009 |1 Commentaire »

Carnet de voyage « BALADES EN GUADELOUPE » de Mycha

Cela remonte maintenant à l’hiver 1994. Curieux ! Je me souviens de ce voyage et de certains moments comme si j’y étais encore ! Pourtant le fait d’avoir écrit mes impressions juste au retour est une bonne chose. Je m’appuie sur du solide, du vrai, du vécu.

L’envie m’a prise de faire partager ces quelques moments de grâce, mon premier contact avec les Caraïbes. J’ai alors recherché des photos personnelles. J’en ai retrouvé peu. J’ai dû en perdre à l’occasion d’une petite exposition que j’avais faite. Alors j’ai sorti mes pastels et mes feutres et j’ai dessiné.

Voici quelques extraits illustrés :

KARUKERA : L’ILE AUX BELLES EAUX

Là-bas, en Guadeloupe, ils en sont peut-être encore au petit-déjeuner. Ici, en métropole, plus exactement à Nantes, j’ai terminé mon frugal repas de midi. Chez eux, nos frères créoles, le soleil se fait déjà sentir. Ici, c’est l’hiver, juste avant Noël. Là-bas, ça ressemble encore à l’été. Souvenirs …

 

La chaleur est déjà là, lourde et humide. Les estivants, comme des enfants choyés, dégustent alors les fruits exotiques présentés sur des buffets tendus de madras colorés et décorés des fleurs somptueuses du pays : alpinas, anthurium, héliconias,…

Là-bas, il est bientôt huit heures, ici, treize heures. Les variétés de thés et autres boissons proposées aident à nous désaltérer. Nous avons déjà vraiment soif. La luminosité importante révèle encore davantage la vivacité des couleurs.

Les jaunes sont bien jaunes,

profondément jaunes, les rouges des hibiscus, éclatants, plus forts me semble-t-il que les mêmes transplantés dans nos contrées, surtout en ce mois de décembre en métropole qui ne nous donne que du gris, et encore du gris. Je préfère garder au chaud, au fond de moi ces souvenirs de Guadeloupe où je m’y suis laissée conduire.

C’était en … 1994. Quinze ans, déjà !

 

hibiscus.jpg

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………

La nuit s’est installée tandis que nous patientions dans l’aéroport. Une lune argentée, en forme de croissant, scintille au-dessus des voûtes sombres des palmiers dont je devine la silhouette. Un air créole, entraînant et gai, diffusé dans le car, souligne à souhait l’identité du nouveau paysage que je devine plus que je ne vois réellement. Déjà, ainsi, dans la nuit, cela m’enchante.

Karukera, je t’aime déjà. J’aime ce bouleversement dans mes images.

Au détour des chemins, on peut apercevoir brièvement l’intérieur des petites maisons que nous croisons. Tous les personnages se découpent en figurines sombres, ombres dites chinoises. On voit bien les poses alanguies ou les gestes ébauchés rapidement. Ici, on finit peut-être de débarrasser la table, là, on discute entre soi, ou entre voisins, nonchalamment accoudés aux balustrades des maisons de bois. Plus loin, c’est un petit garçon en culottes courtes qui vient de sortir de la classe d’étude encore allumée. Il prend le chemin du retour en gambadant sur le trottoir. Puis il court vers sa maison.

 

nuitguad2.jpg

………………………………………………………………………………………………………………………………..

Ensuite, nous prenons la direction de la région des « Deux Mamelles » – encore un exemple de leur vocabulaire souvent très imagé à connotation un peu enfantine. J’aime cette simplicité. Lorsque nous commençons à monter, nous apercevons des sortes de sapins acclimatés aux tropiques. Ils n’ont en fait plus grand chose à voir avec les nôtres. Leurs aiguilles sont très épaisses et leur vert bien plus jaune. Ils ressemblent plus à de grosses plantes grasses.

Nous ferons halte près d’une sorte de chalet auberge, détonnant avec le style des demeures que nous avions rencontrées jusqu’alors. L’endroit respire vraiment le bonheur de vivre : tout autour les montagnes, en contre bas un peu plus loin, la mer.

Soudain apparaît en se dandinant un petit chat noir et blanc. Je l’appelle du plus classique :

- Viens Minou !

Il fait des mines. Je m’aperçois alors qu’il a sur son flanc droit une tâche blanche relativement importante exactement de la forme… d’un coeur ! Je veux immédiatement le photographier. Il court encore l’animal !

Le peu de temps que j’ai passé dans cet endroit je l’ai partagé entre les deux petits enfants des propriétaires, adorables bambins de cinq et deux ans, très typés créoles, aux immenses yeux noirs doux, dont l’aîné m’expliquait, dans un français remarquable, ses préoccupations sur l’état déplorable des toilettes de son école… et le chat après lequel je courrais pour le prendre en photo.

 

lechatcoeur.jpgchatcoeurpalm2.jpg

 

Publié dans:LITTERATURE |on 3 mars, 2009 |Pas de commentaires »

La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume